Les eaux usées, une mine d’or

Publié le mercredi 11 avril 2018|Auteur: Salmson
Les eaux usées

Un gisement de matières riches et de sources d’énergie, tel est l’avenir  promis aux boues d’épuration et aux eaux usées.
Les évolutions technologiques et la nécessité de recyclage feront le reste.

La technologie fait bouger les lignes

L’évolution des technologies pour nettoyer, séparer les éléments constitutifs de ces déchets permet aujourd’hui de les réutiliser.
A cela s’ajoute la nécessité croissante de recyclage due à la demande accrue en matières premières, souvent épuisables et dont les prix augmentent.
Ces facteurs permettent de reconsidérer l’intérêt des eaux usées et de mieux les valoriser.

Épandage, est-ce encore une solution ?

Une grande partie des boues, après traitement, est réutilisée et épandue en agriculture. Des voix s’élèvent, notamment aux Etats-Unis et au Royaume-Uni, pour leur hygiénisation* (non obligatoire en France malgré des normes strictes).
Les raisons sont sanitaires mais aussi liées à la dangerosité potentielle de ces boues.
Cette remise en question pousse donc à la mise en oeuvre d’autres solutions.

Des initiatives aux 4 coins du monde

Impulsées par de nombreux facteurs, des initiatives émergent, comme aux USA, au Japon, en Suède, en Suisse et en France.
Ces pays ont réalisé des études et sont en phase de tests afin de récupérer les matières premières et faire du biogaz ainsi que des bioplastiques.
La mise en production de certaines solutions est déjà effective, ce qui va beaucoup valoriser les eaux usées.

Source de matières premières

Récupérer à partir des boues et des eaux usées du phosphore et des nitrates est techniquement possible.
Ce recyclage permettrait de couvrir un peu plus de 20 % des besoins mondiaux en phosphore selon l’ONU.
Sa quantité disponible sur terre étant limitée, sa récupération deviendrait une opération rentable car il est abondant dans les boues.
Certains pays comme la Suisse et le Japon, plus en avance dans ce domaine, ont mis en place des réglementations strictes visant à récupérer ces matières.

Source de métaux précieux

Des scientifiques suisses et américains ont aussi mis en lumière la présence de métaux précieux dans les boues de leur pays.
Dans certains cas, il serait rentable de les récupérer.
Il y a là un vrai potentiel économique.

Source d’énergies : biogaz, chaleur

En France, le gouvernement mise sur 15 mesures dévoilées en mars 2018.
Il s’agit de simplifier l’aspect réglementaire et d’accélérer la méthanisation des déchets.
Produire du biométhane grâce aux boues d’épuration est déjà une réalité.
La station de Wantzenau à Strasbourg, une des stations les plus vertueuses de France, produit du biométhane qui est ensuite réinjecté dans le réseau de gaz naturel.
Ces exemples tendent à se généraliser et mettent en lumière de vraies avancées en terme de recyclage.

Le SIAAP, une entreprise publique unique en Europe

– 9 millions d’usagers franciliens concernés
– 2,5 millions de m3 d’eaux usées traitées par jour
– 400 grammes de boues récoltées par m3
– La station de Valenton (2,5 millions d’habitant), qui fait partie du SIAAP, traite 800 000 m3/j et produit du biocarburant liquide.
retraitement de boues

Exploiter la chaleur des eaux usées et la réintroduire dans les circuits de chauffage est également déjà possible ; plusieurs sites en France utilisent ce procédé.

Toutes ces initiatives demandent du temps, des investissements et une vraie volonté politique.
Pour l’instant ce sont les pays les plus évolués technologiquement, et notamment l’Europe, qui ouvrent la voie.
Mais il est urgent de transférer ces savoir-faire vers des pays moins développés qui font face à des défis immenses en la matière.
Un enjeu crucial pour la préservation de notre planète.

——-
Statistiques et données :
*L’hygiénisation des boues, c’est à dire le traitement permettant de réduire à un niveau non détectable les agents pathogènes présents.
– Eawag : Institut de recherche sur l’eau des écoles polytechniques fédérales (Suisse) – lien sur le site
– Irstea : institut national de recherche en sciences et technologies pour l’environnement et l’agriculture.
– Le Monde, Les eaux usées et nos excréments valent-ils de l’or ? – lien sur l’article
– La Tribune, Biogaz : comment le gouvernement veut accélérer – lien sur l’article
– Le Parisien, A Valenton, les eaux usées deviennent…du biogaz –  lien sur l’article