Bâtiment, énergie, environnement: les questions issues de la présidentielle

Publié le vendredi 19 mai 2017|Auteur: Pierre Boyzer
Bâtiment, les questions issues de la présidentielle

Les Français ont élu un nouveau président de la république.

Pour les questions de bâtiment et d’énergie, quelle que soit l’équipe qui finalement gouvernera après le mois de juin, les dossiers à traiter sont nombreux, avec des conséquences économiques, sociales et environnementales nombreuses.

En voici un panorama.

Les certificats d’économie d’énergie

Créés en 2006, ils fonctionnent par période de trois ans. Et la prochaine démarre… en 2018 ! Le Gouvernement sortant a confirmé le doublement des objectifs : les distributeurs d’énergie devront obtenir deux fois plus de certificats. Mais beaucoup de détails restent à régler, en particulier pour l’univers des équipements techniques.

Assez favorisés il y a quelques années, ces derniers ont quasiment disparu du dispositif des CEE depuis trois ans. Quels choix le futur Gouvernement effectuera-t-il ?

Parier sur la performance et l’intelligence des générateurs de chauffage et des auxiliaires paraît pourtant tomber sous le sens pour générer un maximum d’économies d’énergie.

 La future réglementation environnementale

On parle de 2018 ou de 2020, mais on ne sait pas vraiment à quelle date s’appliquera la prochaine réglementation, qui viendra se substituer à la RT 2012 et régir l’ensemble de la construction neuve.

Quel niveau de carbone sera finalement retenu, suite à l’expérimentation E+C- ?

Quelles exigences énergétiques s’imposeront ? Autant de questions essentielles, qui appelleront des réponses rapides pour que toute la filière ait le temps de se mettre en marche.

La rénovation énergétique

Difficile à appréhender car très diffus et reposant sur l’engagement et les capacités financières des maîtres d’ouvrage, le chantier de la rénovation énergétique n’en reste pas moins primordial, car c’est bien le parc existant qui consomme de l’énergie, beaucoup plus que les bâtiments neufs qui sont généralement très performants, sous l’effet des réglementations de plus en plus contraignantes.

Les choix qui seront effectués en matière d’aides publiques, notamment autour du crédit d’impôt, auront un impact décisif. Les critères ont beaucoup changé avant de se stabiliser ces deux dernières années.

De nouvelles modification sèmeraient  à nouveau la confusion sur le marché, et il faudrait à nouveau attendre quelques mois avant qu’un dispositif repensé produise ses effets.

La politique du logement

Les fédérations professionnelles appellent depuis plusieurs mois à la stabilité, la politique du logement mise en place depuis 2014 ayant produit ses effets.

Le secteur du bâtiment a renoué avec une croissance très encourageante. Or, pour apporter toute l’innovation dont la filière a besoin afin de relever les défis environnementaux et climatiques, il vaut mieux  que la croissance économique s’installe durablement.

C’est à cette condition que les acteurs pourront investir et imaginer les solutions  qui prépareront l’avenir.

La politique d’innovation

Reste que l’innovation ne reposera pas sur les seules épaules des entreprises bien établies.

De nouveaux talents doivent booster la recherche et développement à tous les niveaux pour coupler performance énergétique et numérique, une rencontre pleine de promesses, tant pour l’efficacité énergétique des bâtiments que pour les nouveaux services que les marques peuvent développer à destination des utilisateurs, professionnels ou particuliers.