La France et la ré-industrialisation

Publié le vendredi 7 décembre 2018|Auteur: Salmson

Depuis de nombreuses années la France se désindustrialise. Pourtant, depuis quelque temps, un renouveau se fait sentir et le mouvement tend à s’inverser. C’est ce que donne à voir la manifestation l’Usine Extraordinaire qui vient de se tenir à Paris.

Délocalisations et compétitivité

La toute fin du 20ème siècle et le début du 21ème siècle ont vu les industriels délocaliser leur production pour réduire leurs coûts. Le coût de production est alors le critère numéro un pour l’industrie en général.
Mais l’externalisation est aussi envisagée lorsque les entreprises ne veulent plus gérer certaines activités. On pense d’emblée aux centres d’appels.
Aujourd’hui, il semble que ce modèle soit davantage remis en question.

Des critères en faveur d’une ré-industrialisation

Au fil du temps de nouveaux modèles sont apparus qui rebattent les cartes de cette stratégie du moindre coût qui a longtemps prévalue.

La valeur du «capital» industriel

Le recul industriel dans les pays occidentaux a permis de constater que la force économique d’un pays reposait aussi sur la capacité à fabriquer et pas uniquement à concevoir. Cette complémentarité se doit donc d’être préservée.
Une industrie maîtrisée dont on possède les technologies est une réelle richesse ; elle permet une indépendance notamment sur la scène mondiale.
Garder une longueur d’avance se révèle être une stratégie constructive à long terme pour un état. Les transferts de technologies vers des pays tiers deviennent potentiellement un risque majeur.

Un meilleur contrôle des ressources

A cela s’ajoute une prise de conscience sur l’environnement, sur le contrôle des déchets et sur l’utilisation raisonnée des ressources. Des scandales de fabrication non éthique ou de non gestion de produits toxiques dans certains pays aux normes peu contraignantes participent à cette évolution.

L’industrie locale, pourvoyeuse de valeur

Le maillage industriel local s’avère aussi être un outil performant pour maintenir le tissu social et l’emploi régional. Cela aide au maintien du niveau de richesse du pays, d’autant que le prix de la main-d’œuvre, notamment en Chine, a augmenté.

L’évolution technologique

Les nouvelles technologies liées à la digitalisation et des centres de R&D performants permettent de développer une vraie valeur ajoutée.
Ce qui joue en faveur du renouveau industriel, notamment hexagonal. L’usine pilote de Saclay illustre à merveille cette évolution.

Saclay, un bijou de l’ère industrielle 4.0

  • Nouvelles technologies et production industrielle sont réunis dans ce même lieu. Cette usine pilote mise en service en 2016, est la plus connectée. Des gens du monde entier viennent s’y former.
  • 1500 m2 sont dévolus à la formation et à l’immersion dans cette usine ultra moderne.

Une implication tous azimuts

Dans le but de promouvoir le tissu productif français et de l’aider à se développer, de nombreux événements et manifestations sont mis en place par les industriels mais aussi par les collectivités locales et par l’état. Ces initiatives sont bien évidemment les bienvenues.

L’Usine Extraordinaire dans un écrin

C’est au Grand Palais que vient de se tenir pendant quatre jours cette exposition qui met en avant l’industrie et l’usine 4.0. Il s’agit de sensibiliser la population à l’attrait de l’industrie moderne qui n’a plus grand chose à voir avec celle d’antan.
Une technologie de haute volée y prend une place croissante et nombreuses compétences sont nécessaires pour maintenir sa compétitivité.
Une usine grandeur nature a donc été installée sous l’immense verrière du Grand Palais. De quoi éblouir et impulser une nouvelle vision sur les métiers industriels et sur le fonctionnement d’une usine.
Le pari est réussi: l’industrie attire les foules et émerveille à nouveau.

Les chiffres du succès de l’Usine Extraordinaire

  • 40 000 visiteurs se sont déplacés.
  • 55 départements représentés.
  • 245 conférences ont été proposées.
  • 13 ministres se sont rendus au Grand Palais.

La France avance donc et multiplie les lieux et les manifestations (French Fab, French Tech, Assises de l’industrie, la Créative Industrie…) pour enrayer le déclin industriel.
Les résultats sont là. L’année dernière la France a créé plus d’emplois dans l’industrie qu’elle n’en a détruit. Un signal positif et encourageant.

——-
Statistiques et données :
– Fondation Usine Extraordinaire : www.usineextraordinaire.com
– L’Usine Nouvelle : www.usinenouvelle.com
– Le Monde : www.lemonde.fr
– Le Gouvernement français – Conseil des ministres : www.gouvernement.fr
– La Tribune : www.latribune.fr
– Profluid – infos # 85 – Octobre 2018

Salmson devient Wilo

le lundi 15 octobre 2018

Nos clients ont toujours été au centre de nos actions et nous voulons continuer à leur proposer les produits et les solutions les plus adaptés, […]

> Lire la suite