L’eau a soif de propreté

Publié le jeudi 12 juillet 2018|Auteur: Salmson

Océans, fleuves et rivières sont pollués de part le monde. La situation continue à s’aggraver. Les pays asiatiques ont une responsabilité croissante alors que les pays développés, contribuent toujours à cette situation même si l’Europe tend à s’améliorer.

D’où provient cette pollution

La pollution de l’eau survient quand sa qualité est dégradée en raison du déversement de toutes les matières qu’elle n’est pas en mesure de détruire naturellement.

Ce sont trois types de rejets qui polluent les eaux : les plus significatifs sont les rejets agricoles (50%) puis les urbains (35 %) et enfin ceux provenant des industries (15%).

Des éco-systèmes fragiles
les éco-systèmes aquatiques (côtiers et d’eau douce) sont plus fragiles que les autres. Davantage sensibles aux pressions exercées par l’homme, ils sont cependant malmenés. Les barrages aggravent leur situation tout comme la chaleur qui augmente leur température et les modifient.

Les dangers pour l’eau

– La démographie croissante fait exploser le besoin en eau douce qui a triplé en 50 ans (80 millions d’individus en plus par an dans le monde).
– L’activité humaine qui produit des biens est à l’origine de la quasi totalité de la pollution aquatique. Elle génère des polluants et des sous-produits indésirables : métaux lourds, pesticides, sédiments, matières organiques persistantes, plastiques, etc
– Les pollutions aquatiques non traitées dans les pays en voie de développement sont un fléau. Les égouts dans ces pays se déversent directement dans les sources d’eau et ne bénéficient d’aucun traitement. 80 % des eaux usées n’y sont pas assainies. Les cours d’eau y sont devenus de véritables décharges. Le transfert des industries très polluantes (tanneries et chimie par exemple) dans ces zones sans normes strictes est un facteur aggravant.

L’Asie pollue massivement ses fleuves

80% des déchets marins proviennent des fleuves. Ce sont la Chine, l’Indonésie et l’Inde qui polluent le plus leurs fleuves de matières plastiques (88%). Les polluants industriels sont aussi présents.
Le fleuve Citarum en Indonésie est le plus pollué au monde suivi par le Gange et le Yantsé.
Ces pays sont en grande partie à l’origine du « 7ème continent », fait de plastiques présents massivement dans les océans.

L’Europe doit faire mieux

En Europe, la situation est meilleure mais la pollution de l’eau reste préoccupante. Elle n’atteint pas un niveau qualitatif suffisant.
En France, la Seine est la plus polluée puis vient le Rhône. En Italie le Tibre l’est aussi.
Des PCB interdits depuis 1987 mais qui se sont accumulés apparaissent encore dans les rivières en passant par les hydrocarbures ou les engrais, qui restent des polluants persistants.

Le plastique

Les plastiques sont très résistants et très difficilement recyclables.  Ils sont massivement utilisés.

  • 500 ans : pour la biodégradation d’une bouteille en plastique
  • 8,3 milliards de tonnes : quantité de plastiques produite en 65 ans dans le monde

 

L’incidence de ces pollutions sur la chaîne du vivant et sur l’homme est forte. La qualité de vie en est amoindrie à tous les niveaux, d’autant que la situation globale ne s’améliore pas.

Une prise de conscience nécessaire mais insuffisante

Pour alerter et faire évoluer les comportements de nombreux évènements ont lieu dans le monde. Impulsés, entre autre, par des organismes internationaux, des ONG ou des gouvernements ; ils sont souvent relayés par la presse.

Des prises de conscience émergent telles la Chine qui ne souhaite plus traiter les déchets des autres pays ou l’Inde qui veut supprimer les plastiques. Mais d’autres positions récentes, notamment celle des Etats-Unis sur la remise en question de l’accord de Paris, sont inquiétantes.

Les réglementations dans les pays développés comme en Europe sont insuffisantes. Elles ne permettent pas une gouvernance globale. Les effets néfastes des pratiques de certains pays affectent trop l’ensemble de la planète.

La dégradation généralisée appelle cependant aussi des avancées technologiques fortes, plus de collaboration mondiale et un cadre législatif contraignant. Une nouvelle organisation reste donc à être trouvée sans attendre.

——-
Statistiques et données :
– Unesco : la pollution de l’eau  lien  / Ecosystèmes lien
– Save Drinking Water Foundation : la pollution de l’eau – www.safewater.org
– Ministère de la transition écologique et solidaire – Les rejets dans l’eau de l’industrie – lien
– Observatoire des aliments : la pollution de l’eau reste préoccupante – 04/11/2015
– Le Monde – Biodiversité, état des sols, pollution : l’état se dégrade en Europe – 03/03/2015
– Les Echos – Le plastique jeté dans les fleuves, source majeure de la pollutions des océans – 11/06/2017
– La Croix – Débats avec Corinne Lepage – 06/06/2017